Coopérative pédagogique

Réseau de formation et d'échanges sur les pratiques
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Mon outil de vie scolaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
God As



Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 02/03/2005

MessageSujet: Mon outil de vie scolaire   Mer 2 Mar à 19:52

Dans le cadre de ma formation générale à l’I.U.F.M., j’ai assisté à de multiples cours magistraux et participé à différents ateliers d’échanges en groupe restreint, appelés : les «Analyses de Pratiques Professionnelles » (A.P.P.). Cependant, le thème qui a le plus attiré mon attention a été celui de « la gestion de la classe et des situations conflictuelles » animé par Mathieu KESSLER, professeur de philosophie et formateur à l’I.U.F.M. de Chartres.
Professeur stagiaire de Lettres-Histoire affecté au Lycée Professionnel Elsa Triolet à Lucé, j’ai été confronté, dès le début de l’année scolaire, aux bavardages incessants, au manque de concentration et au manque de travail de mes élèves sans pour autant savoir comment lutter efficacement et avec le plus d’équité possible face à ces problèmes.
Néanmoins, je tacherai d’expliquer, dans un premier temps, quelles solutions j’ai envisagé pour arrêter, ou du moins atténuer, ces difficultés afin de créer un climat propice au travail et à l’écoute. Ensuite, je présenterai brièvement le contenu de la formation générale concernant « la gestion de la classe et des situations conflictuelles » et je terminerai par la présentation des changements opérés dans ma pratique professionnelle actuelle et future.

Les difficultés rencontrées

Au mois de septembre, j’ai découvert l’établissement et l’équipe éducative avec lesquels j’allais travailler au cours de cette année de formation et surtout la classe que j’allais avoir en charge. Cette classe de seconde professionnelle, composée à 100% de filles, comprend quinze élèves qui se destinent au B.E.P. Métiers du Secrétariat.

Très vite, dans ma conduite de la classe en début d’année, j’ai dû faire face à des difficultés répertoriées ci-dessous en deux sous-ensembles:

Des problèmes liés au manque de travail de certaines élèves : travail personnel absent ou insuffisant, refus de prendre en note les corrections, refus de lire, oublis de matériel.

Des problèmes liés au comportement : bavardages incessants, moqueries, retards, absences injustifiées, déplacements ou prises de parole sans autorisation, refus de se déplacer, rangement des affaires avant la sonnerie, manque de respect entre elles.

La particularité de ma classe explique sans doute en partie les problèmes auxquels j’ai été confronté. En effet, mes collègues, et le Professeur Principal, m’ont gentiment rassuré en me disant : « c’est normal, c’est une classe de filles ». Nous pouvons nous poser la question de savoir s’il existe un « terreau » plus fertile aux bavardages et aux tensions chez les filles que chez les garçons? En ce qui me concerne, je n’en suis pas persuadé, cela doit évidemment dépendre des classes et des situations.
Cependant, je ne crois pas « redécouvrir le monde » en soutenant l’idée que la mixité dans une classe est un « outil » essentiel pour lutter contre ces conflits et ces échauffements au sein d’un groupe d’adolescents, celle-ci jouant un rôle d’autorégulation.
J’ai essayé de réagir face à cette situation qui présageait une année scolaire houleuse si rien n’était fait, et j’ai pris conseil auprès de mes collègues qui m’ont permis d’entrevoir différentes solutions.
Au retour des vacances, début novembre, j’ai opté pour plusieurs solutions en expliquant à mes élèves les mesures que j’allais mettre en place pour éviter de poursuivre sur les bévues de la période précédente :

Mise en place d’un plan de classe : j’ai séparé tous les binômes qui s’étaient constitués par affinité depuis le début de l’année. J’ai privilégié, toutes les fois que je le pouvais, l’émulation et l’entraide entre élèves afin d’associer une élève faible avec une élève plus à l’aise en cours. Il a fallu, tout de même, que je tienne compte des animosités existantes entre elles.
Ce plan de classe a été remis en cause par les élèves à chaque séance et à chaque changement de salle, mais il est encore en vigueur dans ma classe à ce jour.

Mise en place d’un « système de croix » (mesure prévue par le Règlement Intérieur du lycée dans la partie concernant les punitions et les sanctions): j’ai tracé deux colonnes supplémentaires sur mon cahier de notes, l’une concernant le comportement et l’autre concernant le travail. A chaque manquement constaté je notai une croix dans la rubrique correspondante et au bout de trois croix l’élève avait une heure de retenue.

Je dois dire que les résultats se sont révélés rapides et satisfaisants, mais la deuxième mesure me provoquait un certain malaise et je me posais un certain nombre de questions :

- Comment allais-je expliquer avec précision aux parents, et surtout aux élèves, un comportement problématique et/ou un manque de travail? Comment rendre compte à l’administration ?
Les items n’étaient pas assez détaillés et ils ne mentionnaient aucune date. Comment apprécier alors l’évolution du comportement d’un élève, si ce n’est par l’absence ou la diminution du nombre de croix le concernant?
- Fallait-il punir tous les comportements de la même façon ? Un nombre de retards répétés a-t-il la même importance qu’un comportement insolent et provocateur ?


La première intervention de Monsieur KESSLER, le 10 novembre 2004, a mis en exergue ces différents problèmes et j’avoue avoir été impatient de dialoguer à ce sujet entre pairs et avec nos formateurs, notamment en « A.P.P », afin de compléter mon point de vue, voire même de le modifier.

La définition de l’autorité

Dans l’une des séances du module, Monsieur KESSLER a défini avec simplicité la notion d’autorité. Dans ses propos, il a distingué l’autorité de l’autoritarisme. L’autorité est obligatoire et indispensable au sein de la classe, quant à l’autoritarisme, il est condamnable et néfaste pour acquérir la confiance et le respect des élèves. De l’autorité à l’autoritarisme, la limite est, dans la pratique de la classe, bien souvent floue, surtout pour de jeunes professeurs.

L’autorité repose essentiellement, selon Monsieur KESSLER, sur trois critères :

« Paraître juste » : c’est-à-dire qu’il faut avoir les mêmes exigences pour tous les élèves et appliquer les mêmes punitions aux élèves auteurs d’un même manquement.

« Paraître cohérent » : cela signifie qu’il est indispensable d’avoir la même ligne de conduite toute l’année et en toutes circonstances.

« Etre capable de communiquer sur nos exigences » : il faut dire ce qu’on fait et surtout faire ce qu’on dit sans quoi les élèves détecteront tout de suite la faute et la faille dans notre mode de fonctionnement.

L’autorité peut être comprise et acceptée par les élèves et les adolescents en devenir, en revanche l’autoritarisme, que l’on peut définir comme une autorité absolue et arbitraire, engendrerait l’effet inverse à celui recherché par l’enseignant, c’est-à-dire l’adhésion de l’ensemble de la classe à des règles de vie et de travail communes à tous.


Pour éviter de faire de l’autorité une gageure, Monsieur KESSLER nous a présenté ce que l’on appelle « un outil de vie scolaire », expression assez répandue et utilisée par nos collègues C.P.E (Conseillers Principaux d’Education), mais sans doute peu connue de l’ensemble des professeurs et, qui plus est, des stagiaires que nous sommes.

L’«outil de vie scolaire »

Cet « outil de vie scolaire » se présente sous la forme d’un tableau avec le nom de l’élève, la classe, une liste d’items concernant le comportement de l’élève, la date et les observations sur le problème constaté. Il est recommandé d’établir une fiche par élève, qui est complétée par l’enseignant, pendant le cours ou après le cours et chaque fois qu’un manquement ou qu’un problème de comportement est constaté.
Cette fiche de liaison n’est pas une fin en soi, chaque enseignant est libre de transformer de compléter, d’améliorer ou d’alléger cette grille suivant la situation vécue au sein de sa classe et les problèmes rencontrés concernant la gestion de la classe et la conduite des cours.
Pour ma part, j’adhèrerai volontiers au modèle présenté par Monsieur KESSLER, mais, à ce jour, je n’ai pas réussi à trouver de solution pour diminuer le temps de flottement engendré par le temps passé à compléter la fiche de liaison de l’élève mis en cause.

Ma pratique professionnelle et l’appropriation de cet « outil » dans ma classe :

En attendant de pouvoir répondre au petit désagrément vu précédemment , j’ai modifié ma pratique professionnelle et j’ai adopté en février l’« outil de vie scolaire » proposé par Monsieur KESSLER, mais en l’ajustant à ma situation de classe.

Tout d’abord, j’ai adapté la liste des items à ma situation de classe:

Par exemple, l’item n° 6 concerne les élèves qui rangent leurs affaires quelques minutes avant la fin du cours et avant la sonnerie. En effet, j’ai constaté qu’un certain nombre d’entre elles se permettaient de mettre leur blouson et de ranger leurs affaires avant la fin du cours afin de gagner du temps, soi-disant, pour être à l’heure pour prendre le « Transbeauce » ( nom de la société de transport qui assure le ramassage scolaire en Eure-et-Loir). Or, je me suis rendu compte que, très souvent, le travail à la maison n’était pas fait dans la mesure où elles sortaient du cours sans l’avoir noté sur leur agenda.

Ensuite, j’ai décidé de mettre sur la même fiche les deux matières qui sont propres à notre discipline. Pourquoi avoir choisi de faire cela ?

La première explication provient du fait que le comportement et le travail des élèves sont différents en cours de Français et en cours d’Histoire-Géographie. Donc, le fait de pouvoir visualiser sur la même feuille les deux composantes de ma discipline me permet d’être plus efficace, lors d’un entretien avec l’élève ou sa famille, en affinant mes propos et en refusant les généralisations.
Par ailleurs, je peux justifier ce choix par une raison très simple qui est de limiter le nombre de fiches par élève et par classe en facilitant ainsi la « gestion du système ».

Pour finir, je continue de penser qu’il est sans doute possible, afin d’optimiser « la gestion de la classe et des situations conflictuelles», de combiner plusieurs modes opératoires de cet « outil de vie scolaire ».

La formation générale sur le thème de « la gestion de la classe et des situations conflictuelles » m’a fait prendre conscience qu’il est indispensable de mettre en place un système fiable, comme celui de « l’outil de vie scolaire », dans l’objectif d’assurer un contrôle pertinent, juste et équitable, et remédier ainsi aux problèmes de comportement, de manque de travail ou de concentration de la part de certains élèves.
Cependant, nous pouvons émettre quelques réserves sur l’efficacité de cet « outil ». Cette initiative, quand elle existe, reste trop souvent individuelle et propre à chaque enseignant. Bien entendu, il ne s’agit pas d’imposer à chacun la même pratique professionnelle, loin de là, être libre de faire ses propres choix dans l’exercice de notre métier est un privilège incommensurable, mais il paraît évident qu’il est indispensable de travailler en partenariat et en symbiose avec nos pairs afin d’assurer une cohérence et une unité face à des comportements déviants de certains élèves.
Il existe tout de même un texte qui définit la « Mission du professeur exerçant en collège, en lycée d’enseignement général et technologique ou en lycée professionnel » (C.f. la Circulaire n°97-123 du 23 mai 1997) et qui propose « des références communes aux différents partenaires du dispositif de formation initiale », mais les différences existant dans notre mode de fonctionnement et de travail, ne nous discréditent-elles pas auprès des élèves ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nadia Chesneau



Nombre de messages : 69
Localisation : Manosque
Date d'inscription : 29/09/2004

MessageSujet: Re: Mon outil de vie scolaire   Jeu 3 Mar à 23:57

Avez vous consulté mon outil?
Il est peut être plus facile à manier qu'un ensemble de fiches individuelles, puisque je "capitalise" tout sur une seule feuille pour toute la classe.

Les dates correspondent à des couleurs (j'écris tout de la même couleur le même jour, et pour chaque séance, je change de couleur).

J'ai un code qui indique le manquement par quelques lettres (rgt= rangement du matériel avant la sonnerie, rpt= élève qui fait répéter les consignes données , rtn= élève retourné rtd= retard à se mettre au travail etc etc....)

Une fois adopté, ce système est très facile et rapide à utiliser.
Comme vous, je sanctionne au bout de plusieurs manquements: d'abord un mot sur le carnet de correspondance, ensuite si cela continue, une heure de retenue.
Il est comme le vôtre très efficace, sauf pour les élèves en rupture totale, "contre" lesquels, malheureusement, on a bien du mal à trouver des solutions efficaces.

Finalement, je mets très peu de retenues, car j'utilise mes "croix" (j'appelle cela des malus), pour retirer des points dans une note d'attitude en cours: la sanction est donc immédiate, avant même les retenues.

Les élèves peuvent annuler les points perdus par les malus (ou en gagner) par des bonus, qui correspondent à des récompenses pour travail sérieux en cours, participation orale etc...

Il y a donc aussi de la "carotte" , si bien qu'au total, cela encourage les élèves à participer au cours tout en les dissuadant de mal se conduire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathieu Kessler
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 954
Localisation : Chartres
Date d'inscription : 13/09/2004

MessageSujet: Re: Mon outil de vie scolaire   Ven 4 Mar à 0:24

study Comme vous le savez peut-être, la loi de 2005 a inscrit une "note de vie scolaire" au brevet des collèges, ce qui légitime d'autant plus vos dispositifs d'évaluation.

Dans ces conditions, il paraît nécessaire de fonder cette évaluation sur des critères dont l'affichage soit très clair afin d'éviter que cette note puisse être considérée comme subjective (une "note de gueule" Thumb down , en somme).

Dans ces conditions, l'idée d'évaluer aussi les comportements positifs me semble tout à fait indispensable thumleft , au moins au collège...

Voici des exemples d'items positifs :
1. Demande de la parole.
2. Participation orale.
3. Volonté de rattraper le retard.
4. Politesse.
5. Présentation esthétique et correcte du dossier.
6. Position correcte.
7. Écoute en classe.
8. Volonté de réussir.
9. Travail sérieux.
10. Initiative.

dans la variante établie par Solène Cossé (PLP CAB) :

en toute franchise, je suis un peu gêné par l'item "8. Volonté de réussir", pas vous Question

NB : je compte publier vos différents travaux sur la page-web consacrée aux variantes de l'outil de vie scolaire (chose que j'ai promise depuis un an à Nadia Embarassed , il faut dire à ma décharge que vous m'aviez envoyé des scanns d'un méga elephant ) comme je l'ai demandé récemment pour le dossier précédent... je crois que l'idéal est la double publication sur forum et pages-web...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.orleans-tours.iufm.fr/ressources/ucfr/philo/m_kessler
Nadia Chesneau



Nombre de messages : 69
Localisation : Manosque
Date d'inscription : 29/09/2004

MessageSujet: Re: Mon outil de vie scolaire   Sam 5 Mar à 0:26

Je pense que l'esprit de nos deux outils, à Solène et à moi, est le même: dissuader de gêner tout en valorisant les comportements positifs.

Je trouve interressant le fait qu'elle laisse les élèves gérer eux mêmes leur fiche en la leur distribuant: cela les responsabilise et ils savent à tout moment où ils en sont.
Cela suppose de les distribuer en début de séance et de les récupérer à la fin.... une petite perte de temps?? Des fiches égarées parfois?

L'avantage de mon système, c'est que j'ai un seul papier pour toute la classe: gestion très simple et rapide, avec globalement les mêmes avantages (je l'utilise en conseil de classe, en réunions parents profs, bref, elle me suit absolument partout).
J'y note même les absences et les retards au jour le jour, j'ai donc absolument toutes les informations utiles et datées sur un seul document.

Les items sont assez précis aussi, ce qui permet de distinguer différents types de comportements.
Les élèves savent aussi où ils en sont, car ils viennent consulter la fiche en fin de séance, et aussi parce qu'il est très rare que je mette un "bonus" ou un "malus" sans que l'élève le sache. (en général, il y sommation avant, sauf cas particulier ).

En ce qui concerne les comportements positifs, je trouve la liste de Solène un peu trop exhaustive, et certains items paraissent difficiles à apprécier, ou à auto-évaleur (puisque ce sont les élèves qui renseignent la fiche).
Quant à la politesse, j'aurais tendance à la considérer comme un dû... et à ne pas la récompenser... mais avec certains élèves ce n'est peut être pas superflu.
Volonté de rattrapper le retard et volonté de réussir: je me demande un peu comment on peut évaluer une volonté, ce n'est pas "vérifiable", comme un acte (demander la parole, présenter correctement etc....).
Je me demande si ce n'est pas une source de litiges....

En ce qui me concerne je ne note pas autant de comportements positifs qu'elle:
Participation écrite au cours (exercices intégrés, TP, dessins etc...)
participation orale.
cahiers, prise de notes complètes et soignées
exercices à préparer à la maison.

De toutes manières, une fois les grands principes de fonctionnement acquis et cohérents, chacun adapte les idées de manière personnelle....

Et si tous les profs en faisaient autant....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathieu Kessler
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 954
Localisation : Chartres
Date d'inscription : 13/09/2004

MessageSujet: Re: Mon outil de vie scolaire   Sam 5 Mar à 12:59

Nadia Chesneau a écrit :
Citation :
Je trouve intéressant le fait qu'elle laisse les élèves gérer eux mêmes leur fiche en la leur distribuant: cela les responsabilise et ils savent à tout moment où ils en sont.
Cela suppose de les distribuer en début de séance et de les récupérer à la fin.... une petite perte de temps?? Des fiches égarées parfois?
Pas exactement, car ses élèves conservent leurs fiches en permanence et elle ne les relève qu'à la fin de chaque trimestre dans la perspective des bulletins scolaires. C'est d'ailleurs avec certitude ce que fait une collègue PLP avec laquelle je participe actuellement à un séminaire de formation de formateurs où je suis aussi intervenu au sujet de l'outil.

Sa manière de faire remplir les fiches est très habile :

plutôt que d'émettre un jugement du type : "tu as fait ceci ou cela et donc tu dois remplir l'item numéro tant"... qui risque de conduire à une attitude de dénégation de la part des ados...

elle s'approche de l'élève et lui dit gentillement : "bon alors, que fais-tu ? Es-tu sûr(e) que c'est autorisé ? Regarde ta fiche, ça correspond à quoi ? Oui, c'est cela tu as raison, tel item... Bon alors tu peux la remplir, etc."

D'après cette collègue, ça marche... pour l'instant, elle n'est pas au point sur le plan informatique et ne peut donc pas participer aux forums silent . Espérons qu'elle pourra contribuer directement à nos écrits un jour Smile .

Bien qu'il soit en principe de loin préférable de procéder à l'aide de questions guidant l'élève vers la prise de conscience "autonome" de la valeur positive ou négative de ses actes, ces deux styles sont toutefois possibles, tout dépend du contexte, bien entendu...

Citation :
Et si tous les profs en faisaient autant....
D'après le MEN, cela irait beaucoup mieux et c'est pourquoi l'évaluation est, avec les TICE, l'une des deux priorités de l'action ministérielle du point de vue de la formation continue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.orleans-tours.iufm.fr/ressources/ucfr/philo/m_kessler
Nadia Chesneau



Nombre de messages : 69
Localisation : Manosque
Date d'inscription : 29/09/2004

MessageSujet: Re: Mon outil de vie scolaire   Dim 6 Mar à 0:17

Je me suis d'ailleurs demandé si le fait de donner une note de comportement au brevet n'était pas une manière habile d'obliger les enseignants à légitimer cette note, donc à réfléchir au problème de l'autorité......
Ce serait très rusé et très pertinent.... Smile

De toutes manière, cette note ne pourra "se faire accepter" (des enseignants, des élèves, des familles) que si elle est objectivable (fondée sur des comportements répertoriés par items) et datés....

Sinon, on court à la catastrophe!!! affraid

Qu'en pensez-vous?

Concernat la distribution de la fiche aux élèves, j'y vois tout de mêm plusieurs inconvénients:

1 Oublis et Pertes
Les miens sont censés avoir toujours avec eux une fiche de suivi des contrôles, où je note toutes mes appréciations et que les parents doivent signer... il y a beaucoup d'oublis et même des pertes
définitives ....
J'ai aussi eu une fiche individuelle de compétences, que les élèves devaient compléter par items durant les cours, et pareil: pertes,oublis, pas ou mal renseignée... compliqué à relever en fin de trimestre.... j'ai abandonné.

2 Mauvaise foi (facile de ne pas renseigner les items, facile de se rajouter des points positifs).
Surtout si à la fin cela doit servir à donner une note comptés dans la moyenne.
Et pour éviter les sanctions au bout de plusieurs manquements.
Avez vous des retours sur ce point?

3 Et surtout, le fait pour le prof de ne pas avoir toujours sur lui l'ensemble des données de la classe et de chaque élève (conseils de classe, réunions parents profs, rendez vous entre collègues ou avec la famille).

Ce serait certainement interessant de pouvoir en discuter directement avec les utilisateurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathieu Kessler
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 954
Localisation : Chartres
Date d'inscription : 13/09/2004

MessageSujet: Re: Mon outil de vie scolaire   Dim 6 Mar à 1:54

Citation :
Je me suis d'ailleurs demandé si le fait de donner une note de comportement au brevet n'était pas une manière habile d'obliger les enseignants à légitimer cette note, donc à réfléchir au problème de l'autorité......
Ce serait très rusé et très pertinent....

De toutes manière, cette note ne pourra "se faire accepter" (des enseignants, des élèves, des familles) que si elle est objectivable (fondée sur des comportements répertoriés par items) et datés....
Je suis assez d'accord avec vous, mais ne prêtez-vous pas des intentions trop expertes au MEN ? De toute façon, les effets seront ou désastreux ou superbes Mr.Red . Sous cet horizon, l'avenir est toutefois passionnant, quoi qu'il en soit cool-blue .

Pour l'instant, je ne dispose pas d'informations reflétant un usage prolongé de ce procédé où les fiches ne sont ramassées qu'à l'occasion du renseignement des bulletins scolaires. J'imagine qu'en cas de perte des fiches, le professeur peut s'estimer libre d'établir son appréciation sans recourir à des critères, ce que l'élève, dans son exigence de justice, cherche à éviter, du moins en principe, disons sauf cas exceptionnels qui vont poser des problèmes avec ou sans fiches...

Les collègues ayant eu recours à ce dispositif ont privilégié l'aspect outil de dialogue, de communication et se sont appuyés sur un désir de reconnaissance des élèves envers leur professeur, c'est pourquoi cela a bien fonctionné, même en solo, ce qui représente pourtant un certain handicap au départ.

Je remarque toutefois que ce type d'utilisation a systématiquement eu lieu en LP et dans des sections préparant au secteur tertiaire. Il est toutefois impossible d'établir une règle statistique pour l'instant.

Quelles conclusions faut-il en tirer ? je l'ignore pour le moment... sauf conjectures un peu faciles et sans doute hâtives...


NB : il existe une parade simple en cas de perte : conserver la fiche de chaque élève ayant perdu sa première fiche.

Ainsi, on ne conserve et ne renseigne directement qu'un nombre limité de fiches, celles des élèves ayant déjà perdu leur fiche.

Après un certain temps et en concertation avec chacun de ces élèves, on peut aussi leur faire de nouveau confiance en confiant la seconde fiche à ses soins, ce qui représente un nouvel intérêt éducatif et pédagogique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.orleans-tours.iufm.fr/ressources/ucfr/philo/m_kessler
Nadia Chesneau



Nombre de messages : 69
Localisation : Manosque
Date d'inscription : 29/09/2004

MessageSujet: Re: Mon outil de vie scolaire   Mar 15 Mar à 0:45

Concernant une utilisation prolongée d'un outil:
J'utilise le mien depuis... allons... au moins dix ans... (avec des perfectionnements progressifs).
Je peux donc vous dire qu'il fonctionne relativement TRES BIEN, même si ce n'est pas magique. bounce bounce

J'en ai encore eu confirmation ce soir, en conseil de classe: certains profs se plaignent de certains élèves (bavards impénitents, par exemple), et chez moi, je n'ai quasiment pas de bavardage pour ces élèves, j'ai même des bonnes notes de travail en cours (beaucoup de bonus). Very Happy Very Happy

Certains élèves ont même radicalement changé leur comportement enclasse depuis le premier trimestre (dans le bon sens). Laughing

Certains profs semblent avoir de gros problèmes avec cette classe et certains élèves... que je n'entends quasiment pas (ils ne font pas grand chose mais ne gênent pas le cours).
...........................

Une remarque sur la manière de votre collègue de faire compléter les fiches:
Citation :
Sa manière de faire remplir les fiches est très habile :
plutôt que d'émettre un jugement du type : "tu as fait ceci ou cela et donc tu dois remplir l'item numéro tant"... qui risque de conduire à une attitude de dénégation de la part des ados...

elle s'approche de l'élève et lui dit gentillement : "bon alors, que fais-tu ? Es-tu sûr(e) que c'est autorisé ? Regarde ta fiche, ça correspond à quoi ? Oui, c'est cela tu as raison, tel item... Bon alors tu peux la remplir, etc."

Cela me semble bien compliqué..... parce que les élèves savent très bien ce qui est permis ou pas (en général). Wink

En plus je trouve cela limite manipulateur.... gentille d'abord, pour faire en sorte que l'élève "s'auto-punisse".... (faut être un peu "maso", non pour se punir soi-même!!!!).
Est ce vraiment une prise de conscience pour l'élève?? J'en doute, en collège. (En primaire, ce serait différent....) scratch

Pourquoi ne pas assumer directement et sans détour l'autorité?

Pourquoi s'en décharger sur l'élève ??? Question Question
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathieu Kessler
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 954
Localisation : Chartres
Date d'inscription : 13/09/2004

MessageSujet: Re: Mon outil de vie scolaire   Mar 15 Mar à 1:47

En l'occurence, cette collègue évoquait sa conduite de classe en BEP en disant que cela marchait très bien de cette façon.

Cette collègue a un mode de gestion de classe plus démocratique et trouvait que la présentation que j'avais faite de ma façon de gérer les fiches était trop autoritaire, à son goût. Toutefois, elle a enfin trouvé les fiches qui lui manquaient pour donner plus de consistance aux règles discutées en début d'année.

Pour moi, il s'agit du pôle semi-démocratique et je n'ai pas d'objection à formuler contre cette pratique qui correspond sans doute mieux à la personnalité de cette collègue et à celle de ses élèves.

Je crois qu'il existe une variété de bonnes pratiques possibles et une variété infinie de mauvaises pratiques ou bien peut-être une seule : "ne pas dire ce qu'on fait et ne pas faire ce qu'on dit".

Il n'existe pas de méthode unique permettant d'aboutir à des résultats assurés en toute circonstance.


Citation :
les élèves savent très bien ce qui est permis ou pas
Oui, mais ils peuvent avoir besoin que ce qu'ils savent ou pressentent leur soit dit ou signifié d'une manière particulière et personnalisée par une personne singulière en qui ils peuvent avoir confiance. Ce n'est pas tant la loi qui signifie alors, dans l'ordre des abstractions juridiques, que celui qui en est le vecteur et peut-être à travers lui-même la preuve exemplaire de sa justice, de son pouvoir et de son intérêt supérieur. En ce sens, pour le dire avec Nietzsche, "il n'y a d'éducation morale que par les exemples".

Il existe plusieurs niveaux de compréhension et d'intériorisation des normes morales supportées par les règles.

Le fait qu'elles soient "bien connues" ou que leurs raisons soient "bien connues" demeure équivoque. C'est précisément le rôle d'une bonne éducation que de permettre aux élèves ou aux enfants d'en obtenir une compréhension appronfondie qui ne va nullement de soi. Ajoutons à ces remarques le fait que dans certains établissements, les professeurs n'osent pas obtenir des élèves qu'ils cessent de déambuler dans la classe, par exemple. Ils s'estiment en effet incapables de fournir des arguments susceptibles d'être reconnus par les élèves pour lesquels déambuler est une activité normale et justifiée en cours (quand ce n'est pas par les parents ou l'administration). On pourrait multiplier les exemples dans des établissement où même respirer ne va pas de soi...

En principe, il n'existe aucune limite à ce qu'il est possible de contester et, de fait, dans certains établissements, les élèves (et parfois les parents) contestent absolument tout, sans exception, y compris des lois en vigueur dans tous les pays (ne pas voler, ne pas se battre, ne pas vendre de la drogue, ne pas faire l'apologie des crimes, etc. vous pouvez passer en revue tout le code pénal Wink ). Rien ne va de soi, rien n'est évident et tout se discute, à moins que vous ne vouliez vous-même vous battre ?

Citation :
Vous voulez vous battre, monsieur ?
Cela, je l'ai entendu pas mal de fois dans l'une de mes classes à Drancy... Au moins, c'était vraiment une marque de considération de leur part de me prévenir avant de m'en envoyer une cyclops ...

Citation :
Non merci, je n'ai pas besoin de cela, mais s'il y a un problème, on peut en parler.
Telle était, en gros, ma réponse. Les élèves savaient qu'il était toujours possible de discuter avec moi et donc que me frapper n'était sans doute pas la meilleure idée ou même la première solution à tenter pour résoudre leurs problèmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.orleans-tours.iufm.fr/ressources/ucfr/philo/m_kessler
Nadia Chesneau



Nombre de messages : 69
Localisation : Manosque
Date d'inscription : 29/09/2004

MessageSujet: Re: Mon outil de vie scolaire   Mar 15 Mar à 12:18

Je suis d'accord...
J'avais précisé "dans une classe ordinaire", ou "en général" (je ne sais plus).
Dans mon collège, en tous cas...
Quand j'ai travaillé dans les quartiers Nord de Marseille, cela n'allait pas de soi....
Comme vous le dites ailleurs, il existe une infinité de manières de faire quand "on fait ce qu'on dit" et qu'on donne l'exemple.
Il faut s'adapter au public.

Vous avez raison d'insister sur le fait qu'il ne faut pas prendre UNE manière de fonctionner (par exemple, la mienne, ou celle de Solène, ou celle de votre collègue qui demande gentiment aux élèves de remplir leur fiche), pour LA SEULE VALABLE.

Sur un thème de "cohérence" et "d'exemplarité" , chacun brode à sa manière et en fonction des situations.... et modifie ses pratiques si necessaire.
Ce qui est valorisant, c'est quand on constate qu'on progresse et qu'on parvient à faire des choses qui paraissaient difficiles au début.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathieu Kessler
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 954
Localisation : Chartres
Date d'inscription : 13/09/2004

MessageSujet: Re: Mon outil de vie scolaire   Mer 16 Mar à 2:46

Oui, sans doute, voyez à ce sujet le fil au sujet de l'autorité après la fin de l'autorité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.orleans-tours.iufm.fr/ressources/ucfr/philo/m_kessler
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mon outil de vie scolaire   Aujourd'hui à 1:16

Revenir en haut Aller en bas
 
Mon outil de vie scolaire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La phobie scolaire: phobie sociale des enfants (2/3 des cas)
» Classe européenne ? Carte scolaire ? Est-ce difficile ?
» Voyage Scolaire...
» Brigades de sécurité scolaire...
» Point d'étape année scolaire 2010-2011 du ministère

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Coopérative pédagogique :: Outil de vie scolaire et relation éducative-
Sauter vers: