Coopérative pédagogique

Réseau de formation et d'échanges sur les pratiques
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tête bien faite versus tête bien pleine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mathieu Kessler
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 954
Localisation : Chartres
Date d'inscription : 13/09/2004

MessageSujet: Tête bien faite versus tête bien pleine   Jeu 24 Fév à 23:56



Citation :
H. Guillemain et F. Le Ster
Histoire de France
Enfantine
Les Editions de l'Ecole

Probablement 1953
Cité par Havoc, sur le fil de discussion suivant :
http://debat.ath.cx/viewtopic.php?p=11539&highlight=gaulois#11539


Dernière édition par le Jeu 10 Mar à 1:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.orleans-tours.iufm.fr/ressources/ucfr/philo/m_kessler
Grenouil



Nombre de messages : 38
Date d'inscription : 01/11/2004

MessageSujet: Re: Tête bien faite versus tête bien pleine   Mar 1 Mar à 18:47

Waouh ! A cette époque les enfants n'étaient pas obligés d'aller à l'école cheers ! Trop de la chance ! Ca a l'air valable d'être un "pauvre sauvage" bom
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathieu Kessler
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 954
Localisation : Chartres
Date d'inscription : 13/09/2004

MessageSujet: Re: Tête bien faite versus tête bien pleine   Mar 1 Mar à 20:25

Je croa bien Mr. Green , ma chère Grenouil tongue !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.orleans-tours.iufm.fr/ressources/ucfr/philo/m_kessler
Grenouil



Nombre de messages : 38
Date d'inscription : 01/11/2004

MessageSujet: Re: Tête bien faite versus tête bien pleine   Mer 9 Mar à 22:26

Je viens de commencer le livre que vous m'avez recommandé (Le Désenchantement du Monde). Si j'ai bien compris le peu que j'ai lu, je peux en conclure la chose suivante : comme je suis très attachée à la pensée magique, aux mythes fondateurs, bref à la religion, comme d'autre part je n'ai pas une admiration immodérée pour le politique ; je suis donc une "sauvage". Comme je suis une pauvre sauvage, je n'ai pas besoin d'aller à l'école ! Je crois que mes élèves vont être contents thumleft, mais pas mon banquier Thumb down
D'accord je suis un Boulet

Plus sérieusement. Mémoriser c'est simplifier. Expliquer (aux élèves) c'est "décomplexifier". Comment peut-on obtenir qu'à la fin, ce qui reste dans la tête des élèves ne soit pas trop... stupide (disons pas trop à l'image de ce manuel scolaire) ?

D'autre part, comment le prof peut-il trouver la juste mesure entre des explications simplistes et des explications trop complexes, non seulement pour un élève, mais surtout pour tout une classe à la fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathieu Kessler
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 954
Localisation : Chartres
Date d'inscription : 13/09/2004

MessageSujet: Re: Tête bien faite versus tête bien pleine   Jeu 10 Mar à 15:06

Citation :
D'accord je suis un Boulet
Et moi un autre Boulet Wink cyclops salut ...


Dernière édition par le Jeu 10 Mar à 19:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.orleans-tours.iufm.fr/ressources/ucfr/philo/m_kessler
Mathieu Kessler
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 954
Localisation : Chartres
Date d'inscription : 13/09/2004

MessageSujet: Re: Tête bien faite versus tête bien pleine   Jeu 10 Mar à 16:12

study
Citation :
Mémoriser c'est simplifier.
Ce n'est pas simplifier à mon avis, mais intégrer un contenu à un réseau de significations déjà présentes en mémoire.


La mémorisation est un acte de capture et de tissage à la fois, un peu comme un oiseau construit son nid ou une araignée tisse sa toile, ce qui ne contribue pas à simplifier les choses, mais à les greffer sur un ou des tuteurs dont le maître a rarement la possibilité de se faire une représentation correcte dans l'esprit de chaque élève.

En ce sens, expliquer aux élèves ne consiste pas non plus à "décomplexifier", comme s'il s'agissait de décomposer un ensemble complexe en des éléments simples pour que les élèves les comprennent.

Bien au contraire, je me risquerai donc à formuler un théorème.


Théorème de l'explication

Le processus d'explication rencontre la limite de son efficacité dans le fait que ce qui est entièrement décomposé en ses éléments les plus simples n'est pas nécessairement plus facile à comprendre pour celui qui apprend.


Démonstration : lisez les explications suivantes, si elles vous paraissent plus faciles à comprendre que le sens du document complexe ayant servi de point de départ à ce fil de discussion, c'est que j'ai tort Laughing Exclamation

Mr. Green Mr. Green Mr. Green


elephant
Plus généralement,

study face à un ensemble complexe, l'apprenant possède sa propre interprétation, celle qui lui semble la plus simple et la plus facile à la fois, mais il se peut qu'elle soit fausse ou simplement superficielle.

Quand le maître fournit des explications, des écarts se creusent dans la classe entre ceux qui les ont comprises et ceux pour lesquelles elles se sont révélées trop difficiles à saisir, d'où l'échec de la pédagogie "cartésienne" dont le moment didactique le plus célèbre a été le behaviorisme avec ses nombreuses impasses.


Aussi, il convient de ne pas confondre ces deux oppositions conceptuelles :
a) simple/complexe
b) facile/difficile.

En effet, elles sont bien distinctes, ce qui veut dire que le simple et donc ce qu'on a "expliqué" à l'élève, peut-être d'un accès plus difficile que le complexe, c'est-à-dire l'élément de cours ou de réalité auquel l'élève est confronté, par exemple dans une situation-problème*, avant même que l'enseignant ait fourni des explications.

Or, cette complexité peut se révéler d'un accès plus facile pour l'élève que des explications simples qu'il demeurera incapable de mettre en relation avec des notions déjà stockées dans sa mémoire, souvent sur le même sujet (même si elles sont fausses**).

Concrètement, il arrive que nos explications "embrouillent" les élèves, parce qu'ils peuvent avoir besoin d'un temps d'examen autonome d'un ensemble complexe, mais par là même plus concret, que nos explications. Celles-ci sont nécessairement plus simples et donc plus abstraites, ce qui peut aussi les rendre plus difficiles à saisir (et dans ce cas le maître se trouve confronté à sa propre difficulté à "comprendre qu'on ne comprenne pas" ses explications, puisqu'il s'imagine que (+ simple) = (+ facile)... Or, ce n'est pas nécessairement le cas, ceci va dépendre du point où en est l'élève, mais chaque élève ne réagira pas du tout de la même manière à une explication identique silent , sauf cas d'une classe homogène, bien sûr.

Le plus difficile est d'identifier les représentations ou contenus solidement ancrés dans l'esprit de l'élève qui vont obligatoirement servir de support à la greffe de l'élément de connaissance qu'on cherche à lui faire acquérir. C'est là que l'équivocité la plus grande peut se loger, car nous ne pouvons exposer et n'avons aucun intérêt à communiquer aux élèves le cheminement complet de notre intelligence qui nous a permis d'ancrer des contenus de savoir dans notre mémoire. Pour ce faire, il vaut mieux accompagner l'élève dans son processus de compréhension et de mémorisation qui empruntera nécessairement des voies qui lui sont singulières.



* Le document cité en tête de ce fil et le choix du titre fournissent implicitement une situation-problème qui est très complexe, mais en même temps très facile à saisir au départ.

En revanche, à partir du moment où on tente d'analyser et donc de simplifier l'un des problèmes de cette situation-problème en fournissant des explications, on peut observer que le niveau de difficulté croît assez rapidement.


** Nous sommes ici au point de convergence entre les représentations persistantes des élèves et des contenus mal assimilés en cours, autrement dit : les "perles".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.orleans-tours.iufm.fr/ressources/ucfr/philo/m_kessler
Grenouil



Nombre de messages : 38
Date d'inscription : 01/11/2004

MessageSujet: Re: Tête bien faite versus tête bien pleine   Ven 11 Mar à 23:31

Citation :
Démonstration : lisez les explications suivantes, si elles vous paraissent plus faciles à comprendre que le sens du document complexe ayant servi de point de départ à ce fil de discussion, c'est que j'ai tort

Vous avez donc raison. Lumineuse démonstration ! Idea

Si je vous suis bien, vous voulez dire qu’une représentation magique, ou encore mythique, du monde, serait plus simple et plus difficile qu’une représentation politique et rationnelle. Je sais, je suis complétement hors sujet. Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathieu Kessler
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 954
Localisation : Chartres
Date d'inscription : 13/09/2004

MessageSujet: Re: Tête bien faite versus tête bien pleine   Sam 12 Mar à 3:39

Oui, pour le hors-sujet vous avez pratiquement raison, mais je considère quand même (et ne suis pas le seul) que ce type de représentation est plus facile que d'autres qui peuvent être plus difficiles et plus complexes à la fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.orleans-tours.iufm.fr/ressources/ucfr/philo/m_kessler
Grenouil



Nombre de messages : 38
Date d'inscription : 01/11/2004

MessageSujet: Re: Tête bien faite versus tête bien pleine   Sam 12 Mar à 16:11

Cependant il me semble que la vraie question est de savoir quelle est la représentation la plus fonctionnelle, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mathieu Kessler
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 954
Localisation : Chartres
Date d'inscription : 13/09/2004

MessageSujet: Re: Tête bien faite versus tête bien pleine   Sam 12 Mar à 19:09

"Fonctionnelle" par rapport à quel but Question

Arrow Vérité, valeurs diverses, cohérence avec une idéologie ou bien avec d'autres représentations organisées dans l'esprit d'un individu comme son petit monde bien à lui ?

colors Selon le but poursuivi, la notion de fonctionnalité shakng2 va ainsi profondément changer de sens et d'enjeux notamment compress .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.orleans-tours.iufm.fr/ressources/ucfr/philo/m_kessler
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tête bien faite versus tête bien pleine   Aujourd'hui à 1:17

Revenir en haut Aller en bas
 
Tête bien faite versus tête bien pleine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tout finit toujours bien.
» "bien pensant", ça veut dire quoi ?
» Déclaration universelle pour le bien etre animal
» Attention aux sectes liées à la santé, au bien-être !
» Qu'est ce que le bien, qu'est ce que le mal?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Coopérative pédagogique :: I. Les conditions d'apprentissage :: La mémoire-
Sauter vers: